L’Ambassadrice de France en Ouganda en visite à l’usine d’épuration de Nakivubo, Kampala

L’Ambassadrice de France en Ouganda, Mme. Stéphanie Rivoal, s’est rendue jeudi 8 février à l’usine d’épuration de Nakivubo située à Kampala.

L’Ambassadrice de France en Ouganda, Mme. Stéphanie Rivoal, s’est rendue jeudi 8 février à l’usine d’épuration de Nakivubo située à Kampala.

(de gauche à droite) Steeve Lawrence, directeur général OTV-VEOLIA Ouganda, Eng. Johnson Amayo, directeur général adjoint de National Water and Sewerage Corporation (NWSC), Stéphanie Rivoal, Ambassadrice de France en Ouganda, Hocine Mourchid, conseiller économique de l'Ambassade de France en Ouganda, Geoffrey Kasirikalee chef de projet NWSC - JPEG

Destinée à assainir les flots déversés dans le Lac Victoria et réduire ainsi sa pollution, l’usine devrait être en mesure de traiter 53 000 m3 d’eaux usées par jour ainsi que 500 m3 de boues/j.

L'usine d'épuration de Nakivubo (Kampala) - JPEG

Ce projet répond à une demande de la National Water and Sewerage Corporation et est financé par la Banque africaine de développement, la banque de développement allemande KFW et par le gouvernement ougandais. Mené en étroite collaboration entre consultants locaux et allemands, sa réalisation a toutefois été confiée principalement à la société française OTV-Veolia.

Steeve Lawrence, directeur général de OTV-VEOLIA Ouganda, présentant le projet à Mme. l'Ambassadrice de France en Ouganda, Stéphanie Rivoal - JPEG

Echanges entre Steeve Lawrence, Eng. Johnson Amayo et Stéphanie Rivoal lors de la visite - JPEG

L’Ambassadrice de France a ainsi parcouru le site et examiné les différentes infrastructures, éclairée lors de cette visite par les explications du directeur général de OTV-Veolia Ouganda, M. Steve Lawrence et par le directeur général adjoint de National Water and Sewerage corporation, Eng. Johnson Amayo.

Saluant une coopération internationale réussie et un projet responsable, Mme. Rivoal a également tenu à rappeler les engagements des entreprises françaises à l’étranger.
Ceux-ci reposent sur quatre piliers : la qualité du travail livré en étroite association avec les décideurs locaux, l’emploi de salariés locaux, la formation de ses employés ainsi que le respect de l’environnement.

Visite des installations et présentation des méthodes déployées - JPEG

Mise en service d’ici cet été, l’usine de Nakivubo devrait bénéficier à l’ensemble de la population de Kampala ainsi que de celle vivant le long des rives voisines du lac Victoria pour les 20 prochaines années en bénéficiant notamment du transfert d’expertise aux opérateurs locaux

Crédits photos : Béatrix Moreau

Dernière modification : 19/02/2018

Haut de page