L’Expédition de Paléontologie en Ouganda fête ses 35 ans !

Cette année marque les 35 ans de la mission d’Expédition Paléontologique en Ouganda, 35 années de coopération scientifique exemplaire entre la France et l’Ouganda.

JPEG

L’année 2020 marque les 35 années de coopération scientifique exemplaire entre l’Ouganda et la France. En 1985, le projet Expédition de Paléontologie en Ouganda débute, avec la signature d’un Mémorandum d’Entente entre le Muséum National d’Histoire Naturelle (MNHN), le Service Géologique Ougandais et le Département des Mines d’Entebbe. Il s’inscrit dans de nombreux accords entre la France et l’Ouganda et implique diverses institutions telles que le Collège de France, l’Université de Paris VI, Lyon I, Aix-Marseille III, le CNRS, l’Institut Dolomieu de Grenoble (France) ainsi que le Musée Royal de l’Afrique Centrale à Tervuren, l’Université de Gand (Belgique), et le Département des Antiquités et des Musées de Kampala, le Département de la faune sauvage et des parcs nationaux (Ouganda). Des collègues japonais et espagnols ont rejoint le programme respectivement en 2000 et 2005.

Pour cet anniversaire, le Service de Coopération de l’Ambassade de France s’est rendu dans la région du Karamoja sur les sites de fouilles de Napak ainsi qu’au Musée de Moroto. Les équipes du CNRS, du MNHN et de Sorbonne-Université et de l’Uganda Museum ont témoigné du succès de cette coopération : la journée de fouilles a été marquée par les découvertes d’une molaire d’Ugandapithecus major (grand singe), de dents de rongeurs, des cocons fossilisés et divers autres fossiles vieux de 20 millions d’années environ.

JPEG

Entre quelques anecdotes historiques de Brigitte Senut et Martin Pickford (à l’origine du projet d’expédition), et des explications scientifiques de Loïc Segalen, de Johann Schnyder et de Dominique Gommery, la COCAC, Eléa Wermelinger, a pu observer l’important travail de la mission et ses résultats. Le musée du Karamoja à Moroto travaille à la sensibilisation des jeunes au patrimoine naturel. L’exploitation des sites paléontologiques de Napak se poursuit et le passage de relais est assuré avec la formation des jeunes paléontologues Ougandais. Nous avons ainsi rencontré Sarah Musalizi et Jack Ssebuyungo, deux jeunes diplômés (Bachelor’s Degree) de l’Université de Makerere formés à la paléontologie par l’équipe française, projet rendu possible dans le cadre de cette coopération franco-ougandaise par la création de bourses d’étude. La force de ce programme est qu’il participe également à l’économie locale en formant certains habitants aux pratiques de fouilles.

JPEG

-Le Karamoja, un héritage particulier-

Une part importante du patrimoine culturel de l’Ouganda est représentée par des restes fossiles d’animaux et de plantes qui ont vécu dans le passé et qui sont étudiés par les paléontologues.
C’est ainsi que depuis 35 ans, une équipe Franco-Ougandaise s’est intéressée aux changements dans les environnements et les climats au cours du temps. L’Ouganda, par sa position à la frontière de zones humides et de zones sèches s’avère donc un pays-clef pour ce type de recherches.
Trois régions principales ont livré des restes fossiles : le Rift occidental dans la région des lacs Albert et Edouard, le mont Elgon et le Karamoja qui est de loin la région la plus riche pour comprendre notre histoire lointaine partagée avec les grands singes.

JPEG

-Le Karamoja, une situation particulière-

Le Karamoja au Nord-est de l’Ouganda est une vaste plaine semi-aride parsemée de volcans miocènes, dont l’âge varie entre 20 et 6 millions d’années. Sur les pentes de ces volcans, on trouve des sédiments qui ont livré les premiers fossiles à Napak en 1921. Puis dans les années 1950-1960, deux scientifiques John Wilson et Bill Bishop ont récolté des centaines d’os de mammifères fossiles (dont des grands singes,), des tortues, des serpents, ainsi que des escargots à différents sites sur le volcan de Napak et à Moroto.

-Karamoja : terre d’ancêtres-

Si aujourd’hui les chimpanzés et les gorilles sont bien connus dans les forêts des parcs nationaux de l’ouest et du Sud-ouest de l’Ouganda comme Bwindi, Mgahinga, Kibale, Queen Elizabeth, il n’en est pas de même pour leurs ancêtres fossiles. Le Karamoja renferme des sédiments riches en grands singes fossiles qui sont prospectés depuis les années 1920.

JPEG

-Le volcan de Napak-

Napak est un des sites les plus riches en grands singes fossiles de l’Afrique tropicale. Le volcan érodé est vieux de 20 à 18 millions d’années. Les sédiments fossilifères sont intercalés à différents niveaux dans les roches volcaniques. Napak a été coupé naturellement par l’érosion, d’où son, Napak signifiant « l’endroit par où l’on passe ». Le site expose ainsi les coulées de lave et les couches de cendres à Akisim et la cheminée à Lokupoi.

JPEG

Dernière modification : 09/03/2020

Haut de page