« Protéger le patrimoine culturel et naturel du Karamoja est une de nos priorités » déclare l’ambassadeur de France [en]

Du 24 au 27 février 2021, l’ambassadeur de France en Ouganda, S.E. Monsieur Jules-Armand Aniambossou, s’est rendu dans la région du Karamoja, au Nord-Est du pays. Cette visite a notamment été l’occasion d’apprécier l’état d’avancement du projet en faveur de l’agro-écologie dans la région, financé par l’ambassade de France et mis en oeuvre par l’ONG française ACTED. L’ambassadeur a également visité le musée du Karamoja à Moroto, structure soutenue par l’ambassade de France depuis sa création en 2012 avec pour objectif de promouvoir le patrimoine régional.

A l’intersection entre des régions kenyanes désertifiées et le reste de l’Ouganda, zone verte, le Karamoja se caractérise par un niveau de développement nettement inférieur au reste du pays. Ainsi, 82% de la population de cette région vit dans la pauvreté et l’insécurité alimentaire, avec un taux de malnutrition aiguë de 10,9%, contre 6% au niveau national et 10% pour la limite d’urgence internationale. Les effets du changement climatique se font particulièrement ressentir dans cette région, qui fait face à une dégradation continue des sols et à de mauvaises récoltes.

JPEG

Depuis avril 2019, l’ambassade de France finance un projet de recherche et de sensibilisation à l’agro-écologie grâce au Fonds de Solidarité pour les Projets innovants (FSPi), doté d’un budget de près de 500 000 euros. Ce projet, intitulé « Pour une agriculture durable et inclusive, protégeant les populations et l’environnement », vise à promouvoir de nouvelles méthodes agricoles plus écologiques, tout en favorisant l’autonomisation économique des jeunes et des femmes. En dehors du Karamoja, ce projet permet également de travailler dans les districts d’Amuru, avec l’association Youth Movers Uganda, et de Mpigi, en partenariat avec la Uganda Martyrs University.

JPEG

La composante de ce projet portée par l’ONG ACTED vise à soutenir le développement durable du Karamoja. Ce projet améliore la sécurité alimentaire et la résilience des communautés du district de Nakapiripirit par la formation aux techniques d’agriculture régénératrice, à l’agriculture durable et responsable et à la gestion durable des ressources hydrauliques et territoriales.

JPEG

Le dessein est donc de répondre aux besoins grandissants d’adaptation au changement climatique et d’insécurité alimentaire. En effet, le Karamoja connaît une sécheresse depuis novembre 2020 et la récolte de 2020 a été inférieure à la moyenne. De nombreux ménages de la région sont aujourd’hui en situation de stress alimentaire (phase 2 de l’IPC) et se dirigent vers la crise (phase 3 de l’IPC). La violence sous forme de raids de bétail s’est intensifiée ces dernières semaines, en raison de la sécheresse et des pénuries alimentaires.

L’ambassadeur a débuté sa visite par une rencontre avec le Ministre en charge des affaires du Karamoja, Monsieur John Byabagambi, ce qui leur a permis d’évoquer l’importance du secteur de l’agro-écologie dans le cadre de la politique de développement portée par la France, un engagement réitéré lors du One Planet Summit qui s’est tenu en ligne à l’initiative du Président de la République française Emmanuel Macron début janvier 2021 à Paris. Cette rencontre leur a également permis de discuter de la diplomatie culturelle et économique portée par la France dans cette région.

JPEG

L’ambassadeur a ensuite officiellement inauguré le Centre REVIVE fondé par ACTED en présence des autorités locales du district. La création de ce lieu de formation aux techniques d’agriculture et de terrassements régénératifs dans les écosystèmes vulnérables a été soutenue par l’ambassade de France depuis plusieurs années. Il a pour vocation à perdurer dans le temps et à devenir un hub d’échange de bonnes pratiques.

L’ambassadeur a ensuite visité trois des communautés dans lesquelles ACTED travaille depuis plusieurs années, l’une Karamojong à Lodoket-Angitomee, l’autre Pokot à Apeikar, ainsi que le village de New Line qui rassemble des populations originaires de différents horizons. Il a ainsi pu apprécier le travail d’ACTED et des communautés locales dans la création et l’entretien de pépinières et de jardins de permaculture.

JPEG

Ce déplacement s’est soldé par la visite du musée et centre culturel du Karamoja à Moroto, lieu de promotion de la culture et de la biodiversité régionale. L’ambassade de France soutient depuis son ouverture en 2012 l’action de ce musée en faveur de la sensibilisation des jeunes au patrimoine naturel et la promotion les résultats des fouilles des sites paléontologiques de Napak. Le musée expose notamment toute une série d’artefacts karamojong tels que des chaussures en peau de girafe (ekicolong) ou bien le verre dans lequel les karamojong conservent leur boisson traditionnelle, du lait mélangé à du sang de vache (athuba).

JPEG

Dernière modification : 17/06/2021

Haut de page